Italie – Burano & Venise

Après quelques jours à Pula en Croatie, nous avons sauté dans un bateau en direction de l’Italie. Je trépignais d’impatience à l’idée de montrer à Nicolas tout ce qui m’avait émerveillé quelques années plus tôt. J’ai retrouvé mes coups de coeur bien entendu, mais j’ai également été horrifiée par les touristes. Oui, c’est la gueulante qui arrive, mais c’est seulement pour quelques lignes. Horrifiée de tourner la tête à droite et de voir un immense paquebot laid laid laid dépassant les maisons de trois bons étages. Horrifiée de voir les gens s’agglutiner en face du pont des soupirs non pas pour emporter ce bout d’histoire avec eux, mais pour immortaliser leurs visages insupportables sur des téléphones pendus au bout d’une perche. A ce sujet, la mode du selfie me dépasse. J’ai l’impression d’être une vieille conne, mais je ne comprends pas. Bref. Arrivés sur la Piazza San Marco, psychologiquement prêts à faire une heure de queue pour entrer dans le Palazzo Ducale, nous poussons la porte et atterrissons directement au guichet. Personne. Il y a bien quelques imbéciles pour déclencher le flash de leur appareil photo ou poser leur sac – pour un selfie de plus – sur le mobilier qui a bravé toutes ces années pour finalement supporter le poids de la connerie humaine. Mais cette absence soudaine de touriste est surprenante. J’espère pouvoir semer les touristes à Burano, certaine qu’ils descendront tous à Murano. Naïve. Le verre, même ‘Made in China’ n’est plus à la mode et les fonds colorés sont bien mieux pour les selfies. Selfie bleu, selfie orange, selfie rose, selfie vert. On se fiche même des habitants. Selfie on vous a dit. La petite île où l’on trouvait un seul café que j’avais tant aimé laisse désormais place à une enfilade de boutiques de dentelle et voit surgir des hordes de touristes des vaporettos. J’ai même bravé ma timidité pour aller me frotter à l’italien, cette langue que j’aime tant. Des visages blasés et des réponses en anglais ou en français, c’est tout ce que j’ai obtenu des italiens si joueurs d’habitude. Malgré tout, il faut bien constater que l’avantage du touriste bête reste son incapacité à se cultiver et éveiller sa curiosité. Le quartier juif, l’Arsenal, la Scuola San Rocco et bien d’autres lieux sont déserts. Venise sait toujours émerveiller les amoureux de l’histoire et du patrimoine. Heureusement. Je me suis demandée si tous ces gens ne sont pas lassés de voir leur tête au milieu des décors. Ces décors en tout cas, ne me lassent pas eux. Ouf.

Piazza San Marco

Lire la suite

Croatie – Pula & Brijuni

La semaine dernière nous avons soufflé notre quatrième bougie à Londres. Quatre ans qui sont passés en un claquement de doigt. Oui « tchac » là comme ça, boom boom. Et si on en tire beaucoup de joie, le bilan fait aussi état d’un manque certain de temps, de soleil et probablement un tas de chose dont il serait ennuyeux de faire la liste ici. Bref, tout ça pour dire que les critères de nos vacances d’été n’étaient pas très complexes cette année: soleil & plage. La première étape fut donc: Pula en Croatie. Les doigts de pieds en éventail et cette pensée: le luxe, c’est le temps. Bon, l’estomac insatisfait – car oui petits gourmands vous serez malheureux en Croatie – mais pour une fois, on s’en fiche. Enfin, si, ne déconnons pas tout de même: tenez vous éloigné des glaciers ! Trust me ! Ce sera plus que de l’insatisfaction. J’aurais bien hurler au scandale, mais je ne parle pas croate. Respirez et achetez-vous un Cornetto, c’est de l’or à côté. Non ne me remerciez pas.

1-Pula_LC Catala-Ubassy

On repassera par là… Lire la suite

Alice in Wonderland – Un Afternoon Tea au Sanderson Hotel

Je n’aime pas les au revoir. Mais quand on est expat’, on sait que tôt ou tard les amis s’en vont vers d’autres aventures ou retournent aux racines. En réalité, ça nous pend au nez également car on sait que l’on a la bougeotte facile. Cette capacité de mobilité aisée nous console vite cependant, mais pour se consoler un peu plus vite encore, on peut aussi s’en mettre plein la pence. Promis, votre incapacité à rentrer le ventre après et votre regard suspicieux sur votre ceinture qui pourtant ce matin n’était pas assez serrée vous occuperont assez l’esprit pour aller vous coucher bienheureux.

Arrivées au Sanderson Hotel, nous ne sommes pas dans notre monde. On ne trouve pas l’entrée. Enfin on hésite. Ils ont mis des rideaux partout et on a l’impression que l’on va surprendre un couple en pleine cabrioles. Il y a deux mecs qui papotent devant ce qui ressemble à l’entrée principale et l’on se demande s’ils sont portiers. Leurs salutations mettent fin à nos doutes, mais entre nous, avec leur allures de livreurs en habits bleu marine, on est presque déçues qu’ils ne nous portent pas comme des petits paquets sur nos chaises.  Cécile veut faire péter l’Afternoon Tea ‘Mad Hatter’s’ avec la coupette de champagne avant son départ… je suis faible: j’accepte bien entendu. On nous amène à notre table, on est surexcitées et on dégaine déjà les appareils, éblouissant ainsi le service vaisselle franchement mignon. Oui, il n’y a encore rien sur la table, mais le sucre est dans une boîte à musique, le menu dans des vieux livres, il y a un bar à Jelly colorées derrière nous… C’est déjà trop chouette et presque trop facile. Oui. Même pas honte.

Lire la suite

Places to go #31 Whitstable

Weekend. Soleil. L’équation la plus simple du monde, qui se résout en prenant le train le matin direction la mer. On ne va pas chouiner non plus, on a eu de belles journées à Londres. Actuellement, si vous êtes plus blanc qu’un paracétamol prescrit par votre GP (sinon quoi d’autre?), c’est que vous ne faites pas d’efforts.

Whits.couv

Ce n’est pas en faisant tourner un pendule au-dessus d’une carte du Royaume-Uni que j’ai eu l’idée d’aller à Whitstable, mais plutôt en lisant cet article. Londres se transforme en folle fourmilière estivale et cela ne peut pas faire de mal d’aller prendre l’air marin loin de la foule. Brighton étant le refuge de trop nombreux londoniens, à vous de choisir une petite ville un peu moins prisée le long de la côte. J’avais évoqué Littlehampton ou le Viking Coastal Trail dans des précédents articles. Ce weekend c’était Whitstable dans le Kent.

C’est mignon, coloré, plein de coquillages, de bars à huîtres et de cerf-volants. Je ne vais pas faire un copier-coller de l’article que vous pourrez lire sur Lost in London, car tout y est. Suivez les conseils avisés de Fabienne et faites un contre-la-montre avec une glace dégoulinante de chez Sundae Sundae. Miam.

1

2

3

8

4

5

6

7

9

10

11

12

13

Pratique

On peut se rendre à Whitstable en voiture bien sûr, mais aussi en train depuis Victoria, St Pancras ou Stratford International.

http://www.seewhitstable.com/

Maître Choux

Je raffole de chouquettes. Vraiment. C’est terrible, avec un paquet sous le nez, je suis inarrêtable. Mais attention, je suis aussi inarrêtable qu’exigeante.  Maître Choux est une petite boutique qui a ouvert il y a peu de temps à South Kensington. Les éclairs sont bons mais les chouquettes putain…. les CHOUQUETTES!


maitre choux

Maître Choux

15 Harrington Road – London SW7 3ES

LSO Sing

Il aura fallu attendre 4 ans pour que ma vie à Londres prenne un véritable sens et que je puisse enfin répondre à cette question sans me tortiller dans tous les sens: « Mais tu fais quoi à Londres ? ». Et pour cela, je peux m’auto-remercier d’avoir entrepris un projet (oui, vous aussi savez que s’envoyer des fleurs de temps à autres ça fait du bien), mais je dois également remercier les douces voix du London Symphony Chorus que j’ai rejoint en début d’année. Avez-vous déjà écouté un chœur anglais ? Non ? Shame on you ! « King’s College » + « Britten » fissa dans Google. Oui c’est un ordre. Ceti pas beau tout ça ? Ici, la plupart des chœurs sont amateurs (oubliez cependant votre définition du mot si vous voulez une idée du niveau) et demeurent donc accessibles si vous avez choisi un autre chemin professionnel que celui de la musique. Sur un coup de tête, j’ai demandé à passer une audition pour le LSC. C’était une des meilleures idées de ma vie. Mon agenda s’est rempli au rythme de deux répétitions par semaine, quelques extras et minimum un concert par mois. Le pied, mais c’est un sacré engagement. Si vous le faites, soyez certain(e) que vous avez un(e) collègue de travail fan de Mozart et que la petite larmichette est prête à verser quand vous lui demandez de vous remplacer pour la quinzième fois. Trop pour vous ? Pas d’inquiétudes, le London Symphony Orchestra associé au London Symphony Chorus propose une alternative sympa: LSO Sing.

 DSC_0198

Lire la suite

Saatchi Gallery

Je voulais y aller depuis des lustres et vous savez quoi? La Saatchi gallery est une bien plaisante surprise! A défaut de connaître cet endroit, si vous étiez déjà installé en Angleterre en 2014 et adepte du Metro news ou de l’Evening Standard (personnellement j’y jette seulement un coup d’œil par dessus l’épaule de mes compatriotes), le nom Saatchi n’a pas pu vous échapper! Siii, rappelez-vous! Nigella… Saatchi… Saatchi… Nigella… le divorce atroce vu sous tous les angles! Does it ring a bell? Oui? Eh bien heureusement pour nous, la Galerie de Charles Saatchi est bien plus intéressante que les dessous de son divorce!

4

Ephrem Solomon – 2013

Lire la suite