Saatchi Gallery

Je voulais y aller depuis des lustres et vous savez quoi? La Saatchi gallery est une bien plaisante surprise! A défaut de connaître cet endroit, si vous étiez déjà installé en Angleterre en 2014 et adepte du Metro news ou de l’Evening Standard (personnellement j’y jette seulement un coup d’œil par dessus l’épaule de mes compatriotes), le nom Saatchi n’a pas pu vous échapper! Siii, rappelez-vous! Nigella… Saatchi… Saatchi… Nigella… le divorce atroce vu sous tous les angles! Does it ring a bell? Oui? Eh bien heureusement pour nous, la Galerie de Charles Saatchi est bien plus intéressante que les dessous de son divorce!

4

Ephrem Solomon – 2013

Lire la suite

Le Plateau

Il y a un petit nouveau dans le Carnet Gourmand…. Plateau.

5 courses pour £35 par tête et un kir royal. Une carte des vins plutôt sympa et le velouté oignon blanc  &  bleu à tomber par terre, le tout dans un cadre moderne mais cosy au cœur de Canary Wharf.

plateau

Plateau

4th Floor, Canada Place, Canary Wharf Group, Canada Square. London E14 5ER

 

 

Je suis Charlie… et les autres

Il est triste mon petit cœur ce soir. Cela fait trois longs jours que je le sens un peu brisé dans ma poitrine. Il devrait se sentir apaisé maintenant, mais non. Je voulais préparer quelques articles pour le blog, mais je n’ai pas trouvé l’élan qui m’anime d’habitude. J’ai eu du mal à fermer l’œil ces dernières nuits, à me concentrer au travail, voire à produire quoique se soit. J’ai eu l’impression de perdre des copains que je ne connaissais pas. C’est un sentiment étrange.

Même si je n’ai pas hésité une seule seconde à brandir mon stylo et ma pancarte à Trafalgar Square, j’ai longuement réfléchi à nos réactions ; à ce qu’il convenait de faire ou ne pas faire ; à ce qui dresserait les cheveux de la coupe au bol de Cabu ; ou ce qui grossirait un peu plus les yeux de Charb derrière ses épaisses lunettes. A l’heure où j’apprends que les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, du meurtre de cette jeune policière et de leurs dernières victimes sont hors d’état de nuire, je lis dans le métro ces mots de Pierre Hadot à propos de Pyrrhon :

« En fait il est impossible de savoir si telle chose est, en soi, bonne ou mauvaise. »

Merci Pierre, cela me donne une minute de répit. Il est bien ce bouquin Qu’est-ce-que la philosophie antique? je vous conseille de le lire. Sincèrement. Si les Frères Kouachi et ceux qui suivent aveuglément tous ces mouvements qui forcent et violent les pensées et les libertés des autres l’avaient lu, on n’en serait sûrement pas là. Bref. J’ai longuement réfléchi et je n’ai évidemment pas su trouver de réponse. Ou du moins, je me laisse dire que le meilleur hommage que l’on puisse rendre à toutes les personnes qui ont perdu la vie durant ces jours tragiques c’est de suivre nos cœurs. C’est de continuer de nous éduquer, de nous cultiver, de nous informer et de regarder le monde avec notre esprit critique. C’est de tolérer et respecter l’autre et d’obtenir la même chose en retour. Demain, je vais reprendre mon travail et poursuivre mes rêves et mon entreprise, je crois que c’est ce que j’ai de mieux à faire. Je crois que c’est ce qu’ils auraient fait, eux.

Dans la stupeur cependant, je suis heureuse de t’avoir vue toi, notre bonne veille France, descendre dans la rue en quelques heures et ce à travers le monde entier. Je suis heureuse et rassurée de savoir que tu n’oublies pas des valeurs qui nous sont chères et essentielles. De Voltaire à Hessel, des hommes et des femmes ont gravé à jamais dans ton cœur ce mot que tu scandes aujourd’hui: liberté. Tu n’as pas peur de défier au grand jour ceux qui menacent de te faire taire. Dans le drame et dans les moments sombres c’est une lueur d’espoir vive. Pendant mes études à Goldsmiths, on m’a souvent demandé ce qui me plaisait chez toi. J’étais fâchée à l’époque, je t’en voulais, mais ma réponse était (et reste) constante: ton histoire et ta satire. Oui. Ton rire et ta dérision m’ont toujours charmé. Tu n’imagines pas comme j’étais fière il y a quelques années d’entendre parler des Guignols et de Charlie Hebdo dans le film Viva Zapetero! Pour celui qui n’est pas français ce n’est pas toujours palpable et compréhensible cette dérision, ce « on peut rire de tout », trouver le juste milieu et ne pas humilier la personne visée. Mais à mes yeux, c’est ce qui fait notre identité. J’ai lu beaucoup de témoignages nostalgiques sur Le Monde à propos de Charlie Hebdo. Beaucoup de personne plus âgées que moi, arrivée en 1988. Mais à la maison aussi, de temps à autre Charlie faisait irruption et faisait rire toute la famille. Il traînait ensuite dans un rayon de la bibliothèque près de Sexuellement Correct de Wolinski et un tas d’autres BD que j’ai feuilleté des milliers de fois.

Se revendiquer de l’Islam et mourir dans une épicerie casher. Décimer une rédaction et mourir dans une imprimerie. Putain, mais c’est con.

Laura

#jesuischarlie.

Hongrie – Budapest

Prendre des photos sous la pluie, dans la grisaille et le froid est un exercice périlleux. Mais même pas peur, car Budapest trempée et à 0°C sait tout de même jouer de ses charmes. Côté Buda, les mollets pleurent dans les escaliers pour grimper jusqu’au Château, admirer la vue et s’arrêter dans les meilleurs restaurants de la ville – ben oui, les calories d’un goulash ou du foie gras ça se mérite ! « Foie gras » ? Oui. Tous nos voisins (et même les autres) nous pointent du doigt, nous Français addict au foie gras en période de Noël, mais on a bon dos. Il y a des planqués dans le lot, je vous le dit ! Côté Pest, c’est plus éclectique, mais tout aussi joli. Les statues des immeubles sont comme suspendues au dessus du brouhaha de la ville ; impossible de ne pas craquer pour le petit métro jaune qui donne l’impression d’un jouet ; ou de ne pas repartir avec un Kürtőskalács du Marché de Noël entre les mains. Pour notre part, on a longuement cherché un stand qui nous inspirait, jusqu’à tomber sur ce couple de personnes âgées et une longue file d’attente 100% hongroise…. on les aurait bien débauchés pour nous préparer le goûter à Londres. Hum.

On repassera par là… lalala:

PierrotFortuna U. 14, 1014 Budapest

Probablement le restaurant le plus miam miam de Budapest. Pianiste, mets délicats et fondants en bouche, serveurs adorables. Même Donald Sutherland, Robert De Niro ou encore Jeremy Irons sont passés par-là. 

Magyar Vendéglo – Fortuna U. 21, 1014 Budapest

Une autre adresse sympa pour goûter les spécialités locales. Goulash à gogo of course!

Bains SzéchenyiAllatkerti Krt. 11, 1146 Budapest

Mes amis, les bains c’est la grande attraction de Budapest. Il y en a à chaque coin de rues, tous plus beaux les uns que les autres. Bien que touristique, notre choix s’est arrêté sur les Bains Széchenyi. Aucun regret: 0° dehors 38° dans l’eau, un régal.

DérynéKrisztina tér. 3, 1013 Budapest

Le petit dej’, c’est par là. Entre nous, un endroit bien décoré qui sert un chocolat à la cuillère a tout compris non?

Côté Pest

Országház (Parlement)

Lire la suite

The Courtauld Gallery | Egon Schiele: The Radical Nude

– Tu n’aimes pas Schiele.

– Tu n’aimes pas Schiele?

– Non, non tu n’aimes pas Schiele.

– Quoique.

– Pourquoi tu n’aimerai pas Schiele?

– Bon.

Après avoir eu un véritable coup de cœur pour l’exposition présentant les travaux de Schiele à la Courtauld Gallery et alors que j’étais persuadée de ne pas aimer les œuvres de cet artiste, j’ai décrété que je n’étais peut-être pas toute seule dans ma tête, d’où ce préjugé stupide. Aussi, cet article sera écrit à la 1ère personne du pluriel pour exprimer à quel point moi et mes différents moi nous étions bien bêtes et afin exacerber notre satisfaction après cette exposition. Oui, nous assumons totalement.

exhibition_graphic

© The Courtauld Gallery

Lire la suite

Carnet Gourmand | Crystal Palace Food Market

C’est toujours pareil. Chaque visite dans un supermarché britannique fait bondir mon petit cœur dans la poitrine. Du melon en décembre! Du M-E-L-O-N! C’est ensuite les chariots de mes hôtes britanniques qui me jettent au sol et la pâte à tartiner Marshmallow qui m’achève. N’allez pas croire que je snobe la malbouffe. Moi aussi j’ai des faiblesses: j’adore les burgers bien fournis, les pizzas et je peux sortir en pyjama sous la pluie pour aller me chercher un brownie avant de rentrer m’affaler devant une série (oui, ça sent le vécu je sais). Mais même dans la malbouffe on peut respecter ses papilles, merde! En réalité, je ne comprends pas comment on peut acheter quelque chose dont l’étiquette semble vous parler dans une autre langue et vous dit (globalement hein) que vous allez perdre votre annulaire, votre mollet gauche et finir aveugle d’un œil avant de vous étouffer avec la descente de vos neurones dans la gorge. Faisant souvent face à des personnes complètement individualiste, je ne dégaine même pas l’argument environnemental, mais j’y pense fort pardi! Bref, tout ça pour dire que ces temps-ci, je flirte effrontément avec les marchés et les petits commerçants. Mangeons bio, mangeons frais, local et de saison! Et pourquoi ne pas commencer par le Crystal Palace Food Market!

 

1

Lire la suite